Gabriela Löffel
Embedded Language

Du 19 novembre 2015 au 30 janvier 2016
Vernissage le 19 novembre à 19 h

> Communiqué de presse

 

Dans son travail, Gabriela Löffel s’intéresse tout particulièrement à ces zones liminales où s’opèrent des glissements de sens. Elle questionne les structures qui régissent la représentation ou l’interprétation de la réalité, ce qui pourrait être nommé l’espace de médiation. La fragmentation, la traduction, le passage du direct à l’interprétation sont des stratégies qu’elle développe pour créer un champ dialectique de questionnement, de doute raisonnable. Deux œuvres sont ici réunies : Embedded Language et The Case.

Pour Embedded Language, Gabriela Löffel réalise une entrevue avec un responsable d’une entreprise d’armement lors de la « 20th International Defence Industry Exhibition MSPO » de 2012 en Pologne. Capté sur vidéo, l’entretien est par la suite traduit et doublé par un acteur professionnel. La transition du documentaire vers un lieu de production de fiction, le studio de doublage, permet à l’artiste de déconstruire le discours du marchand d’armes et d’ainsi soulever de nombreuses questions quant aux intérêts politiques et économiques liés à la fabrication et à la vente d’armement.

The Case s’intéresse au moment précis où le langage devient rhétorique. Pendant trois jours, l’artiste filme les débats organisés par le ELSA International Moot Court Competition à Genève. Pour cette compétition de plaidoirie en droit du commerce international, des étudiants débattent de cas fictifs devant jury. Les équipes usent de nombreuses stratégies rhétoriques et passent allègrement de la position d’accusé à celle de la défense. Inévitablement, ces débats génèrent une réflexion sur les liens entre le langage, son usage juridique et son influence sur les pouvoirs étatiques.

Dans le contexte de cette exposition, l’œuvre de Gabriela Löffel jouxte celles de Léna Mill-Reuillard et de Nadia Seboussi. Quoique déployant chacune des enjeux thématiques singuliers, les trois artistes se penchent sur la méthodologie de la représentation, sur ce qui se pose dans cet interstice entre notre vision du monde et l’image, tant sur le plan perceptuel que sociopolitique ou sémantique. Les trois propositions réunies offrent un regard sur cette traduction que nous faisons du monde par le biais des images et soulèvent par extension toute la question de l’influence, de la transmission et de la réécriture de l’histoire.


Gabriela Löffel vit et travaille entre Genève et Berne. Diplômée de l’École supérieure des beaux-arts de Genève en 2005, elle a présenté son travail dans de nombreuses institutions et festivals en Amérique du Nord et en Europe. Elle a notamment participé à la Biennale de l’image en mouvement de Genève (2003), au 700IS Experimental Film and Video Festival (Islande, 2007) ainsi que, plus récemment, à l’exposition collective Twisting C®ash au Bâtiment d’art contemporain « Le Commun » (Genève, 2015).

 

Cette exposition reçoit le soutien de Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture. 

 
Cette exposition a été organisée pour Dazibao par France Choinière en étroite collaboration avec l’artiste. Dazibao remercie l’artiste de sa généreuse collaboration ainsi que ses membres pour leur soutien.