Chantal duPont

Du 19 février au 18 avril 2015
Vernissage le 19 février à 19 h

> Dossier de presse

 

Dazibao consacre une exposition aux 25 ans de pratique vidéographique de Chantal duPont en présentant 11 vidéos réalisées entre 1990 et 2015. Choisies avec beaucoup de liberté et assemblées par association d’idées plutôt que dans une chronologie, les œuvres mettent en lumière de nombreuses facettes du parcours de l’artiste.

À travers sa pratique, comme professeure voire même mentor, Chantal duPont est de toutes les étapes du développement de la vidéo puis des arts numériques à Montréal, tant du côté des contenus que de l’émergence des réseaux de recherche et de diffusion. Elle contribue à de nombreux institutions, centres d’artistes et groupes de recherches tels que Vidéographe, le CIAM, Hexagram, La Centrale Galerie Powerhouse, Studio XX et Les rendez-vous du Cinéma québécois pour n’en nommer que quelques-uns. Membre fondatrice du Groupe de recherche en arts médiatiques, elle dirige le projet de recherche interuniversitaire « Nouvelles formes narratives et création audio-vidéo » et participe à la rédaction du premier dictionnaire québécois des arts médiatiques paru en 1996 sous la direction de Louise Poissant.

La question de l’identité du territoire et de ses frontières, en particulier les frontières entre différents champs artistiques, entre nature et culture, privé et public, traverse toute l’œuvre de Chantal duPont. Ses vidéos abordent l’identité familiale et culturelle, la vulnérabilité du corps comme celle de la mémoire, à travers l’autoreprésentation, la performance, l’écriture. Depuis les dernières années, elle s’intéresse tout particulièrement aux diverses formes narratives que peut engendrer le passage entre la réalité et la fiction amené par le numérique.

Pour ajouter d’autres voix, enrichir la lecture et contextualiser par diverses filiations ce travail nous avons réuni dans un programme complémentaire composé grâce à la précieuse collaboration du GIV (Anne Golden) et de Vidéographe (Denis Vaillancourt) des œuvres de Laetitia Bourget, Belinda Campbell, Bertrand R. Pitt, Victoria Stanton, Lisa Steele et Esther Valiquette.

 

Programme vidéo | De midi à 16 h

Cartes et territoires, un parcours (2015) – 32 min.

Le marché de l’amour (1990) – 21 min.

Voir au bout des doigts (2004) – 6 min.

Pemesu (2007) – 10 min.

40 jours à rebours (2004) – 47 min.

Cartes et territoires, un parcours (2015) – 32 min.

Karma (2006) – 1 min. 32 sec.

M’vois-tu? (2007) – 7 min. 44 sec.

Voir au-delà (2008) – 1 min. 15 sec.

Trois tours et puis s’en vont (1992) – 9 min. 25 sec.

Visages (2013) – 2 min. 15 sec.

Du front tout le tour de la tête (2000) – 30 min.

 

Programme complémentaire | À 16 h

Belinda Campbell, Dis-moi donc ce qui regarde? (2006) – 4 min. 39 sec.

Lisa Steele, Birthday Suit with Scars and Defects (1974) – 13 min.

Bertrand R. Pitt, Rémanence (2005) – 10 min.

Laetitia Bourget, (...) (2001) – 9 min.

Victoria Stanton, Arrest (2012) – 2 min.

Esther Valiquette, Le récit d’A (1990) – 20 min.


Chantal duPont a d’abord été formée à l’École des Beaux-Arts de Montréal avant de compléter une maitrise à l’Université Concordia. De 1985 à 2008, elle a été professeure à l’École des arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal. Artiste multidisciplinaire, ses œuvres sont primées dans de nombreux festivals vidéo en Belgique, en Colombie, en France, au Portugal de même qu’à Montréal où elle obtient entre autres en 2001 le Prix à la Création artistique du Conseil des arts et des lettres du Québec pour Du front tout le tour de la tête. En 2006, elle remporte le Prix Bell Canada d’art vidéographique remis par le Conseil des arts du Canada pour sa contribution exceptionnelle à l’art vidéo. Son travail a également fait l’objet d’expositions individuelles et collectives ici comme à l’étranger, plus récemment au Centre culturel de l’Université fédérale de Goiás (Brésil, 2014), dans le cadre de la Biennale internationale d’art numérique de Montréal (2012), à OBORO (2012), au Kunstpavillion (Innsbruck, Autriche, 2009) et à Vtape (Toronto, 2007). 

Laetitia Bourget détient une maitrise en arts plastiques de l’Université de Bordeaux (1998). Sa pratique, en partie autobiographique, est multidisciplinaire et comprend la vidéo et la performance, aussi bien que l’illustration et le dessin. 

Belinda Campbell détient une maitrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM (2006). C’est une artiste multidisciplinaire dont la pratique englobe la vidéo, la performance, la musique, la poésie et le dessin. 

Bertrand R. Pitt détient une maitrise en arts plastiques de l’UQÀM (1996). Par des dispositifs interactifs minimalistes, ses installations vidéographiques et sonores proposent des rapports inattendus entre les sons et les images et interroge nos habitudes perceptuelles. 

Victoria Stanton détient un baccalauréat en arts visuels de l’Université Concordia (1995). La performance se trouve au cœur de la recherche de cette artiste multidisciplinaire, qu’il soit question d’actions directes, de vidéo, de film, de photographie, de dessin ou d’écriture. 

Artiste et professeure, récipiendaire de nombreux prix, Lisa Steele est également la cofondatrice de Vtape, qu’elle dirige avec Kim Tomczak. Avant de fonder le duo Steele+Tomczak au début des années 1980, elle réalise en solo des œuvres qui ont posé un jalon dans l’histoire de la vidéo canadienne. 

Réalisatrice de courts métrages, Esther Valiquette (1962-1994) a également travaillé comme assistante à la caméra et éclairagiste. En 1993, elle a remporté le prix du meilleur court métrage des Rendez-vous du cinéma québécois ainsi qu’un Genie pour Le singe bleu. Elle est décédée des suites du sida.

Cette exposition a été organisée pour Dazibao par France Choinière en étroite collaboration avec l’artiste. Nous remercions l’artiste, GIV et Vidéographe de leur généreuse collaboration ainsi que nos membres pour leur soutien.