Pont/Bridge — Montréal

Kathryn Elkin
Television

Présenté à Dazibao du 13 avril au 17 juin 2017
Vernissage le 13 avril à 19 h
Performance de l'artiste à 19 h 30

 
Cette exposition fait partie de Pont/Bridge, un partenariat en continu entre LUX et Dazibao. Television est accompagnée d’un programme d’œuvres vidéo d’artistes britanniques sélectionnées par Kathryn Elkin et Benjamin Cook, directeur de LUX. Le programme sera présenté le samedi 29 avril 2017 par leur collaborateur, l’artiste et commissaire George Clark.

Dans Television, l’artiste britannique Kathryn Elkin propose quatre films récents ponctués d’une série d’interludes créés spécifiquement pour donner rythme et mesure au programme. L’artiste remanie des formats familiers à la télévision : des entrevues documentaires, des vidéos proto-pop ou des émissions de variétés pour en créer des versions nouvelles et moins stables afin d’explorer ce qu’il est convenu de nommer le télévisuel.

Le travail performatif et vidéographique d’Elkin aborde les jeux de rôle et l’improvisation en portant un intérêt particulier aux accidents, aux scènes coupées et aux diverses pitreries qui surgissent sur les plateaux de tournage. Ses vidéos s’apparentent souvent à des versions simplifiées de vidéoclips ou d’émissions de variétés télévisées et font généralement référence à un artiste, une chanson, un auteur ou un interprète aisément reconnaissable. À ces contenus identifiables, Elkin applique ses propres méthodes de traduction, de transcription et de représentation. Elle s’intéresse à la mémoire culturelle collective et plus précisément aux manières dont la musique populaire, la télévision et le cinéma s’insinuent dans la mémoire individuelle.

Elkin commente : « J’ai voulu utiliser le mot “télévision” au sens abstrait, puisque ce qu’il signifie en pratique est plutôt instable. Il ne réfère plus au poste de télévision dans le coin du salon recevant des signaux. Est-ce un style, un ensemble de durées et de propriétés, ou est-ce plus que cela ? “Télévision”, qui signifie “voir loin” dans ses racines latines, est une sorte de mémoire collective mais qui imprègne également nos mondes imaginaires singuliers, et mes œuvres tentent de sonder cette question. Peut-être que cela pourrait décrire un processus d’examen d’un monde intérieur — peut-être le mien — qui a été profondément influencé par la télévision, peut-être est-ce un moyen de se déplacer à travers différentes perceptions du temps. »

Dame 2 (2016) est la réinterprétation d’une entrevue donnée par l’actrice britannique Helen Mirren en 1975, sous la forme d’une chanson performée par Elkin et une chorale composée de collaborateurs et d’amis réunis pour chanter en disharmonie. L’œuvre souligne l’écart entre le statut culturel de Mirren à l’époque et celui d’aujourd’hui ainsi que le jeu de pouvoir et les incitations à l’autobiographie que sous-tendent l’entrevue.

Dans Why La Bamba (2014), Elkin fournit au musicien John McKeown des phrases tirées d’une entrevue de Dustin Hoffman menée par Michael Parkinson. En résulte une émission improvisée présentant une nouvelle interprétation de la chanson espagnole (un choix d’Hoffman pour Desert Island Discs, une émission de la BBC Radio 4 qui a duré de nombreuses années).

Dans Michael’s Theme (2014), Elkin utilise des fragments inédits des génériques d’ouverture et de clôture de Parkinson — une émission de variétés britannique populaire des années 1970 animée par Michael Parkinson —, entrecoupant les musiciens de l’émission avec de nouveaux enregistrements qu’elle a créé aux studios de la BBC Scotland en 2014. Y sont explorées les normes des émissions de variétés ainsi que la notion d’improvisation dans le contexte d’un format télévisuel enregistré en temps réel.

Your Voice (2016) emploie les conventions de la vidéo proto-pop, empruntant la mélodie de Those Were the Days, une chanson russe rendue populaire dans l’Ouest lorsque Paul McCartney en a produit une version anglaise avec Mary Hopkin. Ce succès de 1968 était accompagné d’une vidéo enregistrée en studio, juste avant l’ère des vidéoclips. Elkin s’intéresse en partie à l’acte du lip-sync dans les enregistrements pop et questionne ce que signifie être une femme performant sans voix dans ce contexte.

 

PROGRAMME — We Are All Just Pixels

Lucy Clout, Gail Pickering, Laure Prouvost, James Richards, Stephen Sutcliffe et Corin Sworn & Charlotte Prodger

(+)


Kathryn Elkin (1983, Belfast) possède un diplôme en Environmental Arts de la Glasgow School of Art (2005) ainsi qu’un diplôme d’études supérieures en Art Writing du Goldsmiths College de Londres (2012). Elle était artiste associée à LUX en 2012-2013 et a effectué une résidence dans le cadre du projet Artists in the Archive de la BBC en 2014. Elle est chargée de cours en arts visuels à la Liverpool John Moore’s University. Ses expositions récentes incluent Why La Bamba au CCA Derry-Londonderry avec Seamus Harahan, Fig-2 au ICA (Londres), ainsi que des projections au BFI London Film Festival et au Tate Modern. Elle est récipiendaire de la Warwick Stafford Research Fellowship du BALTIC-Northumbria University.

 

Pont/Bridge est soutenu par le Ministère de la Culture et des Communication, le Ministère des Relations internationales et de la Francophonie et le British Council dans le cadre du programme Coopération culturelle Québec-Royaume-Uni.
 
Dazibao remercie l'artiste et Benjamin Cook de leur généreuse collaboration ainsi que ses membres pour leur soutien.