Spécial Vtape Special

Du 25 avril au 20 juin 2015
Vernissage le 30 avril à 19 h

> Dossier de presse

 

Projection le 30 avril à 17 h 30 en compagnie de Wanda Vanderstoop, directrice de la distribution chez Vtape, suivie du vernissage.

Quoique s’étant au départ surtout développée en marge d’autres disciplines artistiques, la vidéo a eu un impact immense sur la production en arts visuels des quarante dernières années. Sa simplicité technique, son coût de production et de diffusion relativement bas en ont fait un outil de démocratisation de l’art permettant de s’affranchir aisément de préceptes tant académiques qu’économiques. Pour de nombreuses pratiques marginales ou naissantes, la vidéo s’est imposée comme un langage artistique en même temps qu’un outil de revendication et d’affirmation privilégié.

Organisme sans but lucratif fondé à Toronto en 1980 par Lisa Steele, Kim Tomczak, Susan Britton, Rodney Werden, Clive Robertson et Colin Campbell, Vtape est aujourd’hui le plus important distributeur d’art vidéo au Canada. Le catalogue de l’organisme regroupe plus de 1 000 artistes, totalisant plus de 5 000 titres, allant d’œuvres canoniques aux plus hybrides, à celles explorant les dernières avancées technologiques. Depuis sa fondation, Vtape s’est indéfectiblement engagé envers les formes et les discours marginaux, appuyant ces œuvres qui revendiquent un espace, une parole et un pouvoir qui leur sont souvent déniés par la société et ses institutions. Pionnier de la conservation, du développement et de la promotion des arts médiatiques, Vtape défend une vision égalitaire et décentralisatrice des discours et des pratiques, ce qui lui permet de soutenir un large éventail de pratiques.

Pour l’exposition Spécial Vtape Special, Dazibao a parcouru librement ce vaste réseau d’œuvres — et d’enjeux esthétiques, sociaux, identitaires et politiques — avec l’idée (sans aucun doute utopique) de tracer en négatif le portrait de cet organisme phare au Canada. Il en résulte moins une synthèse qu’une série de points de vue singuliers à travers différentes trames de l’histoire de la vidéo : allant de la performance au body-art, à l’activisme ainsi qu’aux pratiques féministes, LGBTQ ou autochtones. L’enchaînement des treize œuvres réunies dans ce programme n’est ni chronologique, ni thématique. Il appelle plutôt à une lecture non linéaire, dans laquelle chaque œuvre reste pleinement maîtresse de son propos. Au final c’est peut-être cette liberté qui offre le meilleur reflet du travail accompli par Vtape.

 

PROGRAMME

(présenté en boucle)

Jesi The Elder, Blossom (2014) — 3 min. 08 sec.

Paul Wong, 60 Unit: Bruise (1976) — 4 min. 30 sec.

Rehab Nazzal, BIL’IN (2010) — 4 min.

Ehren BEARwitness Thomas et A Tribe Called Red, Woodcarver (2011) — 5 min. 44 sec.

Tom Sherman, World of Strangers (2006) — 2 min. 45 sec.

Julieta Maria, Exercizes in Faith: Bird (2010) — 1 min. 52 sec.

Colin Campbell, True/False (1972) — 9 min.  

Stephen Andrews, Quicktime Interruptus (2004) — 1 min. 30 sec.

Martha Wilson, Deformation (1974) — 8 min.

Deirdre Logue, Fall – from Enlightened Nonsense (1997) — 2 min.

Andrew James Paterson, Roman Spring Leakage (2011) — 7 min.

Mike Hoolboom, In the Dark (2003) — 8 min. 04 sec. 

Freya Hattenberger, Sirene (2006) — 3 min. 30 sec. 

David Askevold, Rubberband (1970) — 3 min. 21 sec.

 

 
Cette exposition a été organisée pour Dazibao par France Choinière en collaboration avec Vtape. Nous remercions Vtape et les artistes de leur généreuse collaboration ainsi que nos membres pour leur soutien.