Session 6 | Isabelle Pauwels

Le 29 mai 2014 à 18 h 30

L’artiste fera une présentation de ses œuvres et de sa démarche dans le cadre de son exposition présentée du 29 mai au 12 juillet 2014.

La SESSION sera suivie du vernissage à 20 h

 

I don’t want to end up with something I already know

Il y a des systèmes de pensée tout faits, prêts à l’emploi, dont on connaît les rouages avant même qu’ils se soient mis en marche. De tels systèmes, à la structure archiconnue, réitèrent sans cesse les mêmes vérités, confinent aux mêmes rôles, favorisent la répétition des mêmes sempiternels clichés. Ces schèmes plus ou moins figés sont en quelque sorte la matière première d’Isabelle Pauwels. En les soumettant à un examen, un découpage et un montage extrêmement élaborés, elle cherche à les briser tout en s’assurant qu’on peut encore les reconnaître.

À travers une exploration pour le moins intense de la mise en scène, de la prise de vue et tout particulièrement du montage les œuvres vidéo d’Isabelle Pauwels reconfigurent des genres populaires comme les sitcoms, les films de famille ou le documentaire. Le mélange de performance et de réalisme documentaire met en lumière les relations tendues existant dans ses œuvres entre les conventions du récit et les interactions sociales quotidiennes.


Née en Belgique à Kortrijk, Isabelle Pauwels vit à New Westminster, en Colombie-Britannique. Elle détient un baccalauréat du Emily Carr Institute of Art and Design (2001) et a complété en 2006 une maitrise à la School of the Art Institute de Chicago. Avant-tout vidéographique, sa pratique englobe également la sculpture, le livre et la gravure. Ses recherches portent sur l’histoire de la télévision, les récits d’exploration coloniale de même que la culture propre à la téléréalité. Ses œuvres ont été largement diffusées notamment à The Power Plant (2011), à Western Front (2013) et au Musée des beaux-arts du Canada dans le cadre de l’exposition Storytelling. En 2013, elle était finaliste au prix Sobey. Elle est représentée par la galerie Catriona Jeffries.

Dazibao remercie l’artiste de sa généreuse collaboration ainsi que ses membres pour leur soutien.