We Are All Just Pixels

Le 29 avril 2017 à 15 h

 

Ce programme fait partie de Pont/Bridge, un partenariat en continu entre LUX et Dazibao.
 

Un programme de films et de vidéos d’artistes britanniques contemporains qui s’approprient une variété de matériel télévisuel pour l’extraire pendant un moment de son contexte original et le placer dans un nouvel ordre affectif. Sélectionnées dans le contexte de l’exposition Television de Kathryn Elkin, ces œuvres s’emploient à faire ressortir l’intimité et la subjectivité présentes dans le matériel original pour réaffirmer la place de l’individu dans la masse croissante des médias. Ce programme compte plusieurs brèves interludes de l’artiste Stephen Sutcliffe qui viennent ponctuer le programme, imitant les rythmes habituels de la télévision.

Le programme We Are All Just Pixels est organisé par Kathryn Elkin et Benjamin Cook, et présenté par leur collaborateur, l’artiste et commissaire George Clark.

 

PROGRAMME — We Are All Just Pixels

Corin Sworn & Charlotte Prodger, HDHB (2011) - 10 min.

Stephen Sutcliffe, A Policeman is Walking (2011) - 1 min.

Lucy Clout, An Intimate, Detached Property (2012) - 8 min.

James Richards, Radio at Night (2015) - 8 min.

Stephen Sutcliffe, Said the Poet to the Analyst (2009)
- 2 min.

Gail Pickering, Near Real Time (2016) - 21 min.

Stephen Sutcliffe, The Garden of Proserpine (2008) 
- 2 min.

Laure Prouvost, We Know We Are Just Pixels (2015)
- 5 min.


Corin Sworn & Charlotte Prodger

Par le recadrage et la compression, HDHB critique la hiérarchisation de la qualité de l’image et propose les modes industriels de calibration en tant que processus de normalisation sensorielle.

Corin Sworn (née en 1976) est une artiste établie à Glasgow. Elle est récipiendaire de la 5e édition du Max Mara Art Prize for Women organisé par Collezione Maramotti (Italie), Max Mara et en collaboration avec Whitechapel Gallery à Londres (Royaume-Uni). En 2013 elle présentait son travail au Pavillon écossais lors de la Biennale de Venise, en compagnie de deux autres artistes. Elle est représentée par les galeries Koppe Astner (Royaume-Uni), Natalia Hug Gallery (Allemagne) et ZieherSmith (États-Unis). Sworn était artiste associée à LUX en 2010-2011.

Charlotte Prodger (née en 1974) vit et travaille à Glasgow. Elle a présenté des expositions individuelles notamment au Spike Island à Bristol, au Temple Bar Gallery à Dublin (2015-2016), au Chelsea Space à Londres, au Glasgow International (2014), ainsi qu'au Studio Voltaire (Londres). Ses performances ont été présentées à Tramway (Glasgow) et à Murray Guy (New York). Elle était en liste pour le Jarman Award 2013 et recevait en 2014 le Margaret Tait Award. Elle est représentée par la galerie Koppe Astner.

Stephen Sutcliffe

A Policeman is Walking reprend les motifs d’un ancien modèle d’économiseur d’écran qui semblent bouger et gesticuler au son d’un poème récité. Dans Said the Poet to the Analyst, ayant pour point de départ le poème du même titre d’Anne Sexton, se rencontrent deux personnes qui gagnent leur vie en tant qu’interprètes. S’ouvre peu à peu un espace pour la contemplation. The Garden of Proserpine combine un extrait de Monty Python, un segment instrumental d’une chanson de The Smith joué en boucle et un enregistrement de la voix de Judi Dench lisant le poème The Garden of Proserpine d’Algernon Charles Swinburne. 

L’artiste de Glasgow Stephen Sutcliffe (né en 1968) crée des collages filmiques à partir d'une vaste archive de télévision britannique, de film, de son, d’images diffusées et de paroles enregistrées, qu'il collectionne depuis l'enfance. Son travail a récemment été présenté à la galerie Hepwoth Wakefield (2016) et à Tramway (2016). Il est récipiendaire du Contemporary Art Society Award 2015 et prépare une exposition pour la Whitworth Art Gallery dans le cadre du Manchester International Festival en 2017. Il est représenté par Rob Tufnell à Londres et par Micky Schubert à Berlin.

Lucy Clout

An Intimate, Detached Property explore les limites de l’espace domestique en tant que lieu de drame. Le film de Clout se présente comme une analyse froide du « succès » du modèle type des maisons de banlieues dans les grosses productions de sitcoms américains.

Lucy Clout (née en 1980) vit et travaille à Londres. Sa pratique s’articule autour de la performance et de l’acte de regarder une performance et se manifeste à travers la création d’objets, d’œuvres sonores, textuelles et vidéographiques. Elle détient un baccalauréat en beaux-arts du Goldsmiths College et une maitrise du Royal College of Art. Elle est chargée de cours en beaux-arts au Goldsmiths College. Elle est représentée par la galerie Limoncello et était artiste associée à LUX en 2009-2010.

James Richards

Radio at Night est un assemblage de matériel audio et visuel incluant des films industriels et médicaux, des images et des émissions d’actualité ainsi que des images d’animaux. L’œuvre aborde à la fois l’angoisse et le plaisir que provoque le fait de voir et de sentir dans une ère saturée par les technologies.

James Richards (né en 1983) est un artiste britannique né à Cardiff vivant entre Berlin et Londres. Il a étudié les beaux-arts au Chelsea College of Art & Design à Londres. Il est récipiendaire du Jarman Award 2012 et était en nomination pour le Turner Prize en 2014. Il représentera le pays de Galles lors de la Biennale de Venise de 2017. Il est représenté par les galeries Cabinet (Londres) et Rodeo (Istanbul) et était artiste associé à LUX en 2006-2007.

Gail Pickering
 
Intrinsèquement circulaire et épisodique dans sa forme, Near Real Time réfléchit à notre relation contemporaine aux images, à travers le prisme historique d’un projet précurseur de télévision communautaire. Les dernières bobines encore existantes trouvées constituent le point de départ de Pickering pour dresser le portrait d’un imaginaire collectif et les façons dont cela a formé notre relation à la caméra.

Gail Pickering vit et travaille à Londres. Elle recevait en 2013 le FLAMIN Production Award de Film London pour la production d’un nouveau long métrage et a préparé un court film pour la série « Random Acts » pour le ICA et Channel Four. Elle présentait récemment deux expositions individuelles à La Ferme du Buisson (Paris, 2014) et au BALTIC Centre for Contemporary Art (Gateshead, 2014-2015).

Laure Prouvost

Attribuant des caractéristiques humaines à des objets inanimés, We Know We Are Just Pixels montre les images de Laure Prouvost en conversation entre elles. Discutant de leur existence et de leurs vulnérabilités, alors que le spectateur les regarde, ces images souhaitent être plus que des pixels; elles veulent explorer et exister en dehors de la machine qui les diffuse.

Originaire de France, Laure Prouvost (née en 1978) vit entre Londres et Anvers. Elle est récipiendaire du Turner Prize 2013 et du Max Mara Art Prize for Women 2011. Son travail est présenté sur la scène internationale dans de nombreux musées et galeries et elle est représentée par les galeries Nathalie Obadia (Paris-Bruxelles) et carlier | gebauer (Berlin). Elle était artiste associée à LUX en 2008-2009.

 

Pont/Bridge est soutenu par le ministère des Relations internationales et de la Francophonie dans le cadre du programme Coopération culturelle Québec-British Council.
 
Dazibao remercie les artistes et Benjamin Cook de leur généreuse collaboration ainsi que ses membres pour leur soutien.